417oengiWiL__SL500_AA300_

Invitation pour la petite fille qui parle au vent, Sébastien FRITSCH, Editions Fin mars début avril, Octobre 2010, 17 Euros, 286 pages

4° : Chaque âge a ses questions, ses inquiétudes, ses joies et ses blessures, ses hésitations et ses certitudes. De Paris à Nancy, des bidonvilles kenyans aux portes du Mercantour, des années 1950 à aujourd'hui, Invitation pour la petite fille qui parle au vent évoque celles d'un homme ordinaire, un médecin légiste timide, et de son entourage. Nous croisons ainsi une romancière talentueuse, une mère de famille dépassée, trois soeurs, un amoureux sans avenir ... et la petite fille qui parle au vent. Chacun, à sa manière, nous suggère que la vie se bâtit de rencontres, mais également d'absences.

Mon avis :

On suit ici Thomas, aujourd'hui médecin légiste, depuis ses souvenirs d'enfance jusqu'à sa vie d'adulte en passant par ses premières amours, ses études de médecine, l'arrivée de ses filles, leurs enfances à elles, leurs espoirs, leurs doutes ... Chaque chapitre porte le prénom d'un des personnages du roman. On y croise Estelle, Salomé, Manon, Julien, Clara, Alice, Solveig ... Beaucoup de femmes, beaucoup d'amour ... L'écriture est très agréable. On avance de découvertes en détails révélés. On se laisse transporter dans cette vie où l'on se retrouve un peu au hasard des joies et des peines de cette famille, de cet homme ... On s'attache aux personnages ... On laisse Thomas, à la fin du roman, sur des interrogations quant à l'avenir de ses filles devenues, à leur tour, adultes ... Livre sur l'absence, la mémoire, le manque ... Attention : lecture émouvante ...

Le titre, quant à lui, est une allusion à une légende que racontait Thomas à sa fille, petite ; légende qui a, depuis, beaucoup voyagé ...

Lu dans le cadre d'un partenariat avec  bibliofolie-2011-logo-150x1501 que je remercie ici beaucoup pour cette découverte ... Merci aussi aux éditions Fin mars début avril pour cette découverte et pour le marque-page et à Sébastien Fritsch pour la jolie dédicace ...

Encore une belle rencontre ... Encore un livre que je n'aurais peut-être pas acheté de moi-même mais que je suis ravie d'avoir découvert ... Vive les partenariats !! Encore un coup de coeur ... Ce livre mérite d'être soutenu ...

images

 Extraits :

"Aussitôt Thomas prend cette résolution : "Je ne veux pas devenir fou, moi. Alors, puisque c'est comme ça, quand je serai grand, je serai pas adulte." (p66)

"Deux soeurs, c'est comme deux pays d'un même continent : héritage commun, coutumes dissemblables. Sans que l'on sache jamais vraiment, du climat, du temps qui passe, du cadre de vie ou des influences extérieures, quelle est la raison de cette divergence des destins." (p113)

"Mais l'enfance existe-t-elle ? N'est-elle pas destinée, de toute façon, à n'être qu'un souvenir ? (.../...) La mémoire est sans aucun doute le plus admirable de tous nos amis : elle porte notre fardeau pendant des années, n'en reçoit aucun remerciement et se retrouve, bien au contraire, très souvent accusée d'avoir escamoté les parties de notre histoire que nous ne voulons pas revoir. La mémoire accepte ce qu'aucun ami n'accepterait : être rétribuée de ses bons et loyaux services par la trahison et les insultes." (p131)

"Et ce travail -Salomé le réalise à cet instant- n'a d'autre but que de fournir aux hommes des compagnons de vie : ces meubles qui forment nos décors et nous rendent simplement service, sont aussi gardiens de souvenirs. (.../...) Les meubles, témoins inertes de nos jours, sont des livres d'enfance. Il faut savoir les regarder avec l'envie de lire." (p213)