MRLPAGE_03

Dans le cadre des MRL2017, j'ai eu le plaisir de recevoir ...

CVT_Un-loup-pour-lhomme_6227

4° : Printemps 1960.

Antoine est appelé pour l'Algérie au moment où Lila, sa toute jeune femme, est enceinte. Il demande à ne pas tenir une arme et se retrouve infirmier à l'hôpital de Sidi-Bel-Abbès. Ce conflit, c'est à travers les récits que lui confient jour après jour les "soldats en pyjama" qu'il en mesure la férocité. Et puis il y a Oscar, amputé d'une jambe et enfermé dans un mutisme têtu, qui l'aimante étrangement. Avec lui, Antoine découvre la véritable raison d'être de sa présence ici : "prendre soin". Rien ne saura le détourner de ce jeune caporal, qu'il va aider à tout réapprendre et dont il faudra entendre l'aveu. Pas même Lila, venue le rejoindre.

L'auteur : Brigitte Giraud est née à Sidi-Bel-Abbès. Elle est l'auteur de nombreux romans traduits dans une douzaine de langues et largement récompensés, à l'instar D'à présent (Stock, 2001, mention spéciale du prix Wepler), de L'amour est très surestimé (Stock, 2007, Bourse Goncourt de la nouvelle 2007), et d'Une année étrangère (Stock, 2009, prix jean Giono). Un loup pour l'homme est son neuvième roman.

Mon avis : C'est une initiation contrainte, forcée, prématurée, un baptême du feu, qui attendent Antoine lorsqu'il est appelé en Algérie. Tiraillé entre Lila, sa jeune épouse, enceinte, qui bravera la Méditerranée pour le retrouver, et Oscar, blessé, amputé, broyé, pour lequel il donnera tout, Antoine oscillera entre ses interrogations de futur père et ses angoisses d'infirmier de guerre. On découvre le quotidien d'un hôpital militaire entre la promiscuité des chambrées, les amitiés qui se font au crépuscule autour des cigarettes partagées, les rétentions d'information de la part de l'état-major, l'attente du courrier des familles, des fiancées, les lettres lacunaires expédiées sur le continent ... Et puis la beauté, l'attachement à ce pays ... Et puis la colonisation, une forme de colonisation, les rapports, qui deviennent au fur et à mesure des évènements, des rapports de force entre les populations en présence : colons, natifs, appelés ... La tension qui enfle ... L'écriture de Brigitte Giraud nous emporte, nous charme, nous séduit et nous entraîne dans les rues de Sidi-Bel-Abbès, dans les collines environnantes, sur les rivages bleutés d'Arzew, malgré l'enjeu du sujet traité. On s'attache à tous ces personnages au caractère fouillé mais aussi à Martin, le cuisinier, à Jo, le chauffeur, à Tanguy, le colonel, à Fatima, la femme de ménage, à Alcaraz, la logeuse ...

Citation : "C'est leur première séparation, leur première épreuve d'adulte. C'est leur rite de passage pour la vraie vie, qui laisse des échardes sous la peau et des rêves indélébiles."

Je remercie chaleureusement PriceMinister et les éditions Flammarion pour ce beau partenariat qui m'a permis de découvrir cette période de notre Histoire trop souvent tue, la fin d'une forme de colonisation ... Un miroir sur mon histoire personnelle, sur mon histoire paternelle ...